48411 ont déjà participé

Solidarité

Adolph Kolping a vu les problèmes sociaux et les situations de détresse de son époque et a agi. En tant que réformateur social, il s’inscrit dans la lignée des pionniers de la doctrine sociale de l’Église.

Elvira und Bernd Enters

"Kolping ist uns heilig, weil er die Zeichen der Zeit erkannt hat und in der Nachfolge Jesus sich um Menschen am Rande der Gesellschaft gekümmert und ihnen Heimat gegeben hat."

Communauté

Au travers de ses associations catholiques de compagnons, Adolph Kolping a créé des lieux de refuge tournés vers l’ouverture œcuménique – des lieux d’apprentissage, de prière, de joie et de fête.

Responsabilité individuelle

Adolph Kolping avait la conviction que chaque personne est capable de façonner son existence en toute autonomie et ainsi de contribuer à une société pacifique et juste.

Conviction chrétienne

Adolph Kolping était un prêtre et un pasteur passionné. Dévoué à Dieu et proche des gens, il savait s’ouvre aux autres.

Formation

Adolph Kolping s’est délibérément mis au service des jeunes. Il a vu dans l’accompagnement, le soutien et la formation globale les clés de l’amélioration de la société.


Ta signature compte ! Donne de la voix – « Kolping est sacré pour moi! »

Participe dès maintenant à notre action. Par ta signature, tu exprimes ton soutien à la reconnaissance de la vie et de l’œuvre d’Adolph Kolping, toujours vivaces aujourd’hui.










(Cliquez pour changer de couleur)






Dis-nous pourquoi Kolping est sacré pour toi et dépose un message pour notre « galerie de messages » :


Le 27 octobre 2021, nous célébrerons le 30e anniversaire de la béatification d’Adolph Kolping. Il s’agit là d’un événement formidable ! C’est aussi l’occasion pour un grand nombre de frères et de sœurs de la communauté Kolping du monde entier de prier pour la canonisation du fondateur de notre association.

Car nous en sommes convaincus : la vie et l’œuvre d’Adolph Kolping n’ont rien perdu de leur rayonnement à ce jour ! Avec son idée maîtresse selon laquelle chacune et chacun, avec ses propres capacités et ses propres talents, est en mesure de façonner positivement l’existence et le monde, Adolph Kolping demeure aujourd’hui encore un modèle et un guide pour notre propre vie.

C’est pourquoi, en tant que communauté mondiale rassemblant plus de 400 000 membres issus de 60 pays, nous entendons lancer un message fort : Kolping est sacré pour moi ! Afin de porter ce message au-delà de notre association, nous lançons, à l’occasion de la Journée de prière mondiale de Kolping, une pétition pour la canonisation de son fondateur. Chaque signature symbolise une vie déjà touchée positivement par Adolph Kolping. Ensemble, veillons à ce que son idée trouve également un écho positif au-delà de la communauté de l’association Kolping !

Par notre prière et notre signature, nous demandons la canonisation d’Adolph Kolping.

Nous vous remercions vivement pour votre participation ! Participez et témoignez de la force de la communauté mondiale de Kolping, autour du mot d’ordre : « Kolping est sacré pour moi ! »




Ursula Groden-Kranich, députée du Bundestag
Présidente du comité de direction fédéral



Josef Holtkotte
Praeses national

Adolph Kolping – portrait d’une vie

Du cordonnier au prêtre et fondateur de l’association. Pasteur proche du peuple et l’un des journalistes catholiques les plus en vue du XIXe siècle, la figure d’Adolph Kolping a traversé le temps et reste aujourd’hui encore attachée à l’image du « Père des compagnons ».

Né le 8 décembre 1813 à Kerpen, près de Cologne, Adolph Kolping est le quatrième enfant d’une fratrie de cinq. Fils d’un berger, il grandit dans des conditions très modestes et apprend le métier de cordonnier. Il exerce cette profession pendant dix ans, mais reste tenaillé par l’envie de changer de vie pour devenir prêtre. À l’âge de 23 ans, il franchit le pas : après le lycée et des études de théologie, il est ordonné prêtre le 13 avril 1845 en l’église des Frères mineurs (Minoritenkirche) de Cologne.

Vicaire à Elberfeld, il découvre l’Association de jeunesse catholique fondée par Johann Gregor Breuer, dont il devient président en 1847. Kolping voit dans cette association de personnes acquises aux mêmes idées un moyen approprié pour apporter une réponse aux détresses individuelles et aux problèmes sociaux. Il se fait nommer à Cologne où il fonde le 6 mai 1849 l’Association catholique des compagnons. C’est là que Kolping trouve sa véritable vocation.

Au travers de ses associations de compagnons, Kolping souhaite porter assistance aux jeunes nécessiteux. Ces derniers y trouvent le sens de la communauté et un sentiment de sécurité tout autant qu’un lieu de formation religieuse, d’éducation générale et professionnelle, mais aussi de sociabilité et de convivialité. Les compagnons consolident ainsi leurs compétences personnelles et y puisent du courage pour la mise en pratique de leur foi chrétienne.

Le changement social par le changement humain – c’est ainsi que peut se résumer l’aspiration de Kolping. En 1850, les premières associations se regroupent pour former le Rheinischer Gesellenbund (Fédération des compagnons de la Rhénanie). Cette fusion marque la naissance de la « Kolpingwerk » (œuvre de Kolping). En quelques années, de nombreuses associations voient le jour. Jusqu’à sa mort le 4 décembre 1865, ce sont ainsi plus de 400 associations de compagnons qui sont fondées en Allemagne et dans de nombreux autres pays européens. Adolph Kolping parcourt alors l’Autriche, la Bohême, la Suisse, la Croatie, la Belgique et la Hongrie. Même les États-Unis comptent en 1958 deux associations de compagnons, fondées par des migrants. Le 27 octobre 1991, Adolph Kolping – réformateur social de la première heure et pionnier de la doctrine sociale catholique – est béatifié par le pape Jean-Paul II.

L’avenir a besoin de racines – l’histoire de l’association Kolping, la « Kolpingwerk »

Après le décès d’Adolph Kolping le 4 décembre 1865, l’association reste marquée près d’un siècle durant par le « groupe cible » que forment les compagnons artisans célibataires ainsi que par les lignes de conduite des activités pratiques de l’association. Au fil de leur tour de compagnonnage, les compagnons font halte dans de nombreuses fédérations de compagnons. De là naît une ardente conscience associative. L’association voit se développer à grande échelle des établissements telles que des maisons de compagnons, des caisses d’épargne, de maladie et d’assurance décès. Des fédérations de compagnons se forment partout et, peu à peu, la structure de la Kolpingwerk voit le jour, adossée à des associations centrales et diocésaines.

L’Association catholique des compagnons s’inscrit dans le mouvement social catholique ; elle s’engage dans les débats de l’époque sur la politique sociale, l’organisation de l’artisanat et les questions syndicales. À l’issue de la Première Guerre mondiale, la tendance générale vers la démocratisation trouve un écho jusqu’au sein de l’association ; les compagnons y voient dès lors un moyen d’étendre le champ de leurs actions. En Allemagne, à la suite de la « prise de pouvoir » par les nationaux-socialistes en 1933, les activités de l’association sont entravées et, dans une certaine mesure, interdites. De nombreuses familles Kolping se réfugient dès lors dans le silence des murs de l’Église ; en RDA, cette retraite ne prendra fin qu’à la chute du mur de Berlin.

Après 1945, la refondation de l’association en République fédérale d’Allemagne s’effectue sur de nouvelles bases, telles qu’elles avaient été posées dès 1933. La fédération de compagnons originelle, le Gruppe Kolping, cohabite dès lors avec le Gruppe Altkolping, lequel réunit les anciens membres qui jusque-là devaient quitter l’association lorsqu’ils prenaient épouse et/ou devenaient économiquement indépendants. Ces deux groupes forment la Kolpingsfamilie (Famille Kolping) ; l’association dans son ensemble porte le nom de Kolpingwerk, en français l’« œuvre Kolping ».

Depuis lors, l’histoire de l’association a connu un processus de mutation particulier : un engouement croissant pour les familles Kolping rattachées à une communauté paroissiale peut être observé au sein de la population issue de différentes catégories socioprofessionnelles et n’appartenant pas au « groupe cible » traditionnel. La Famille Kolping se considère désormais comme une communauté familiale intergénérationnelle. Une autre ouverture s’opère avec la fondation du Gruppe Jungkolping et l’admission de membres féminins en 1966. Sur fond de bouleversements sociaux et ecclésiastiques, ce processus a pu être mené à bien et la pérennité de l’association a été scellée par un programme et des statuts.

Du vivant d’Adolph Kolping, l’association était déjà présente dans de nombreux pays d’Europe ainsi qu’aux États-Unis. Dès ses débuts dans le domaine de la coopération au développement à caractère professionnel, l’association connut avec la résolution « Action Brésil » de 1968 un essor rapide, d’abord en Amérique latine, puis en Afrique, en Asie et dans d’autres pays d’Europe de l’Est. Partout dans le monde, les idées de Kolping sont mises en œuvre de manière fructueuse au sein de différentes nations et cultures. En Allemagne, l’association a adopté une nouvelle charte à l’occasion de sa Convention fédérale qui s’est tenue à Dresde en 2000 ; cette charte se veut une base programmatique pour les actions de l’association au sein de la société et l’Église. Sur le plan international, la convention de l'Œuvre Kolping Internationale de Lima en 2017 a adopté de nouveaux statuts généraux ainsi qu’une « profession de foi », qui décrivent à la fois les points communs et divergents possibles au sein de l’association mondiale. Dans plus de 60 pays, on observe aujourd'hui au sein de l’ensemble des associations Kolping une coexistence bien vivante – depuis les grands rassemblements des Journées Kolping de Cologne de 2000 et de 2015 jusqu’aux milliers de réunions et d’actions régionales des familles Kolping sur tous les continents. L’association Kolping est une communauté solidaire active et transfrontalière qui s’est fixée pour mission de prendre à bras-le-corps les défis actuels et futurs en tant qu’association sociale catholique – une œuvre qu’elle entend poursuivre au XXIe siècle, fidèlement à l’esprit d’Adolph Kolping.